top of page

Le Grand réveil


Le grand Réveil


Sous différents aspects, le passage de 1999 à 2000 a représenté un pivot pour chacun d'entre nous et pour l'humanité en général: de la peur de l'apocalypse aux théories conspirationnistes, d'un réveil de conscience à la croissance exponentielle de la production et de la consommation de masses, d'un progrès technique incroyable aux réseaux sociaux qui nous ont autant rapprochés qu'éloignés, de la prise de conscience du danger que représente le déséquilibre de notre planète au besoin de comprendre qui nous sommes vraiment. Ce siècle n'a pas démarré tout à fait tranquillement.

Ce fut pour moi, un moment très spécial :

Le passage de 1999 à 2000 marqua ma rencontre avec mon partenaire de vie, mon mari, le père de mes garçons mais aussi mon guru, mon professeur, mon guide spirituel, celui qui me tendit les clés ouvrant les portes d’une nouvelle exploration de ma propre conscience et celle de ma perception du monde qui m’entoure. Certes, le sol était fertile ; j’étais déjà en quête de nouveaux niveaux de conscience. Cependant il sût articuler et donner du sens à des concepts que je sentais mais ne parvenais pas à clairement saisir. Il avait déjà parcouru un long chemin sur cette route de vie en conscience. Et c’est au tournant de ce siècle que je l’y ai rejoint.


Tout a commencé par une conversation sur les relations hommes-femmes. J’avais du mal à en croire mes oreilles : je rencontre enfin sur cette planète un homme qui est en connexion avec son côté féminin, une énergie fluide et sensible dont il n’a pas honte de parler (les choses ont évolué en mieux depuis lors, dieu merci! – mais rappelez-vous, il y a 20 ans, il n’était pas courant de rencontrer un homme prêt à accueillir sa fragilité, se tenant loin du jugement vis-à-vis des émotions féminines et articulant clairement et avec compréhension la beauté de nos différences)


Tout a commencé lorsqu’il m’a parlé de l’engagement qu’il s’était fixé avec sa précédente compagne, quelques années auparavant, de rester ensemble en relation, malgré toutes les difficultés et défis qui pourraient se présenter, afin de comprendre leurs différences, leurs dynamiques mutuelles, leurs polarités et leurs complémentarités et ainsi grandir ensemble et apprendre l’un de l’autre leurs niveaux émotionnel et mental distinctes. Ils se sont plus tard quittés dans un respect mutuel profond.


Il a compris que la plupart du temps, les réactions et réponses des hommes et des femmes n’émanent pas du même centre et c’est une des raisons pour lesquelles ils ont l’impression de ne pas s’’’entendre’’ (au sens propre du terme).

Souvent, lors d’un désaccord, cette dichotomie mène à des accusations, à des reproches, à des impressions que l’autre est égoïste, à des insultes et au bout du compte on se sent misérable avec l’autre et avec soi-même. Ça vous rappelle quelque chose ?

Mais ces frustrations pourraient être du moins diminuées, sinon évitées si l’on commençait simplement par observer et prendre conscience d’où la communication prend sa source, quel centre en nous dirige la conversation : l’émotif, le corps, le mental ou bien une combinaison de tout cela ? Et dans quel ordre ? Si l’un puise la source de sa communication dans son intelligence émotive et que l’autre s’exprime sous le contrôle du mental, ce qui semble être un dialogue n’est en fait que deux monologues, deux autoroutes parallèles qui ne se rencontrent jamais.


À la suite de cette conversation, j’ai compris que j’avais en face de moi une personne très spéciale avec laquelle j’avais envie de grandir et auprès de laquelle je voulais être. J’ai su que notre relation allait également être très spéciale. Elle l’a été en effet et l’est toujours.

Avec lui, j’ai compris le sens profond de ce qu’est la confiance : faire confiance à la vie au quotidien mais aussi à un niveau presque cosmique, à faire confiance dans la justesse d’un processus quel qu’il soit, à faire confiance à mon instinct, mes tripes et finalement me faire confiance à moi.

Et lorsque je lui ai dit : ‘’Je veux que nous vivions une vie extraordinaire’’, il a acquiescé et m’a répondu : ‘’tu l’auras, fais moi confiance’’ et c’est ce qui s’est passé.


Il me met au défi, me soutient, voit tous mes potentiels, croit en moi inconditionnellement et me donne la liberté inconditionnelle d’explorer et de grandir. Et je fais la même chose de mon côté : on transforme le besoin de possession en assurance, la culpabilité et la honte en réflexion et compréhension, l’attaque et la défense en empathie et écoute profonde. Notre vie est une exploration permanente et une recherche d’équilibre.

Attention cependant. Nous ne sommes absolument pas parfaits. Bien souvent nous trébuchons, nous ne sommes pas d’accord, nous perdons patience, c’est chaotique, nous retombons dans de vieux réflexes loin de l’harmonie, nous avons vécu des moments de doutes comment tout le monde. Et c’est bien comme ça, ça fait partie du processus. Mais lorsque l’orage est passé, nous cherchons à comprendre et à trouver quelle pièce manquait dans la balance pour qu’elle soit en équilibre.


Je pense que c’est ça l’amour : un équilibre fragile mais un équilibre quand même qui a le potentiel de perdurer quand on y travaille.

Et vous ? Quelle est votre histoire du tournant du siècle ? Était-ce une transformation, un choc, un réveil ou une fête incroyable, une prise de conscience, un déni, une rencontre, une quête?

Racontez-moi votre histoire du passage de 1999 à 2000.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Opmerkingen


bottom of page